navigation

doutes et dédicaces 28 février, 2007

Posté par fdesbordes dans : vie quotidienne des romans , trackback

debut2006envrac058.jpg

Le livre est en pleine correction et voilà que j’apprend que je suis archi nulle en conjugaison.

Ce qui donne deux fois plus de temps à ma correctrice et ma fois, elle me le fait bien sentir !

Et s’il n’y avait que ça … Mais pour la troisième fois, je dois réviser le style, pour arriver (dixit mon éditeur) à la quintessence du propos…

Voilà, c’est que qu’il y a de moins drôle quand on écrit : réviser, revoir, réécrire, relire, corriger…

  

Et puis pour la maquette et la mise en page il va falloir que je me décide pour une  couv’, les pages intérieures, des dédicaces ou non…

  

Pour le premier roman j’avais fait une longue page de dédicace en citant tous mes amis tellement j’étais contente de pouvoir les citer. Et cette fois-ci, je ne sais pas. Je nage dans le doute.

  

Vous savez, il y a presque toujours une petite phrase qui commence par « à mon, ma ou mes ». Et puis, souvent, à la fin du livre il y a les remerciements.

  

Aujourd’hui, je ne peux pas dire « à toooooiiii » puisqu’il n’y a que moi, je ne peux pas non plus dire « à  mon chien adoré » car, je n’ai jamais vu un auteur dédicacer son livre à son chien. Je pourrais le dédicacer à mes parents bien sûr et à mes Exs qui ont contribué indirectement à l’écriture de ce roman mais alors il ne faudrait pas faire de boulette. Et puis commencer dans quel ordre ? Dans un ordre chronologique ? Celles qui ont le plus compté ? Celles qui feront toujours partie de ma vie ?

Mon éditeur me presse et depuis trois semaines je reste complètement bloquée. Je ne voudrais pas me rater, ne pas écrire n’importe sous le prétexte que je ne veux oublier personne. Alors la page reste blanche, vidée de toute substance…

 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Kikoo |
LES NOUVELLES DU FRONT PAR ... |
TEL QUE JE SUIS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mon journal intime
| Ces gens sans importance
| parle avec elle