navigation

Hier c’était dimanche 9 juin, 2008

Posté par fdesbordes dans : humeurs et deshumeurs existencielles,vie quotidienne des romans , trackback

poissonrouge.jpg

Hier c’était dimanche. Bon, jusque là rien d’exceptionnel. Techniquement le dimanche c’est jour de lessive mais en ce moment, je ne sais pas pourquoi, je fais un blocage avec la laverie.

Alors, j’ai passé une bonne heure à contempler mon tout nouvel aspirateur que j’avais reçu par la poste samedi matin. Super-aspirateur-high-tech-sans-sac-avec-filtre-hepa-que -même-en-lisant-la-notice-j’ai-pas-tout-compris. Conchita en action, vas-y mate ma centrifugeuse sur patte, c’est moi le Terminator de la poussière.

Mais je manquais d’entrain, je ne pouvais pas m’empêcher de repenser à ma discussion acharnée avec Sam, samedi soir, à la terrasse du Fiacre, à peine interrompue par deux gugus qui biberonnaient du Jack Daniel’s à haute dose. Nous parlions politique et de mon impossibilité à écrire un seule page de mon prochain bouquin. Je lui disais que j’aurais mieux fait de situer l’action aux Seychelles, au moins aurais-je eu mentalement plus chaud. Je ne sais pas si c’est justement le manque de chaleur qui me coince ou le vide total quant à l’histoire.

Effort de concentration… Bon l’héroïne ou le héros pourrait arriver dans un état d’esprit mélancolique (ça cadre bien avec le décor) et puis il ou elle va tomber amoureuse mais ce sera beaucoup plus compliqué que ça, y’aura des jaloux, des défoncés du bulbe, ça va se déchirer dans la chaumière et… dramatiquement ordinaire comme histoire. Franchement réchauffée même… Et si il ou elle tombait sous le charme d’un troll et allait élever des rennes islandais en Australie ? Plus fort : il ou elle, tombé accro à l’héro ou tout autre substance illicite suite à un accident de vie, va tenter de se fixer un objectif nouveau, tricoter le pull de sa vie. Mouai… Ou alors il ou elle, de rage, va snipper tous les millionnaires et devenir un Robin des bois moderne. Peu plausible…

Oui hier c’était dimanche et j’essayais vainement de me presser le citron pour tirer une histoire potable. En même temps, alors que mon esprit vagabondait à travers des pages et des pages internet de documentation sur l’Islande, je réalisais brusquement, genre le flash de lucidité qui vous fait tomber de votre chaise, que je m’ennuyais profondément. Et c’est pour ça que je n’arrive pas écrire une ligne.
Non pas ce sentiment d’ennui quand on a rien à faire puisque j’ai des choses passionnantes de prévu jusqu’en 2010, non juste cette sensation latente qu’ayant déjà tout je suis arrivée au stade où je m’em****.

Nouvel objectif personnel : je vais me crée un besoin derrière lequel je pourrai courir comme un lévrier derrière un lapin en plastique.

Tiens ? Et si je courais derrière une énorme envie de barbe à papa à la fraise ?

 

 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Kikoo |
LES NOUVELLES DU FRONT PAR ... |
TEL QUE JE SUIS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mon journal intime
| Ces gens sans importance
| parle avec elle