navigation

Soyons gaiement triste 30 janvier, 2011

Posté par fdesbordes dans : ecrits (quand j'ai de l'inspiration) , trackback

On se fait des faits, on se défait de ces fées, et l’ivresse que l’on éprouve à se dépasser pour mieux outrepasser les limites que l’on s’est imposé.

On peut rouler à tombeau ouvert, le cerveau au bord de l’abyme, à dégueuler son coeur et dégouliner en flaque sublime dans la moiteur d’une foule compacte.

On se peut se jeter la tête la première dans des histoires qui ne commencent et ne finissent jamais, à s’engourdir, le corps en transe, dans des bits à répétition, et rentrer seule ou accompagnée juste pour le plaisir de ne pas y penser.

On peut s’empêcher de dormir juste pour voir, combien de temps tout cela va durer et regarder ces secondes qui tournent, en boucle, sur la voute de cette boite cranienne qui finira bien par gerber.

Soyons réaliste. Soyons gaiement triste.

Commentaires»

  1. Soyons aussi tristement gaie… comme ces clowns triste/joyeux luron. Le sourire aux lèvres mais le coeur au bord des larmes.

    Sourire rieur, mais coeur pleureur comme un saule, qui se hisse mais le haut mais qui tombe bien bas… ;-)

  2. Très affuté ce post. Bises

  3. @Gloria : joli pointe d’écriture dis-donc
    @Richard : hé hé ! Je vais bientôt fêter mon nouveau bouquin. Ca c’est un bout de la fin. Tu viendras, dis ?

  4. Merci ma petite Fred mais c’est à moi de te dire ça… et puis c’est toi qui m’inspires… tu le fêtes où et quand ce nouveau bouquin? En Juillet tu refais ça pour que je sois là :-)

  5. Ton livre, tu sais bien que je le lirai. Et un jour, je te verrai.

Laisser un commentaire

Kikoo |
LES NOUVELLES DU FRONT PAR ... |
TEL QUE JE SUIS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mon journal intime
| Ces gens sans importance
| parle avec elle