navigation

Une furieuse envie d’Elle 8 mars, 2008

Posté par fdesbordes dans : Livres,petites phrases amoureuses , ajouter un commentaire

Baiser

 

Renverse-toi que je prenne ta bouche,

Calice ouvert, rouge possession,

Et que ma langue où vit ma passion

Entre tes dents s’insinue et te touche.

 

C’est une humide et molle profondeur,

Douce à mourir, où je me perds et glisse;

C’est un abîme intime, clos et lisse,

Où mon désir s’enfonce jusqu’au coeur…

 

- Ah! Puisse aussi t’atteindre au plus sensible,

Dans son ampleur et son savant détail,

Ce lent baiser, seule étreinte possible,

Fait de silence et de tiède corail;

 

Puissé-je voir enfin tomber ta tête

Vaincue, à bout de sensualité,

Et, détournant mes lèvres, te quitter,

Laissant au moins ta bouche satisfaite !

 

Lucie Delarue Mardrus

 

 

 

le film « Les chansons d’amour » inspiré de « Politique » d’Adam Thirlwell ? 12 janvier, 2008

Posté par fdesbordes dans : LifeStyle,Livres , 5 commentaires

18764758.jpg et 2879294037.jpg

bloggueurs du samedi bonjour,

Je me suis enfin décidé à voir « les chansons d’amour » de Christophe Honoré, sorti en 2007 et encensé par les critiques. Donc l’autre jour à minuit, je mets sur play et « allons y Simone » pour une 1h40 de comédie musicale.

Je noterai pour l’anecdote que je n’avais aucune idée du sujet, mise à part que ça parlait d’amour avec de jeunes acteurs beaux gosses qui chantaient pour de vrai.

Premier plan, deuxième plan, ça a l’air pas mal et voilà la scène où truc, machin et bidule (les deux jeunes filles et le jeune homme) se retrouvent dans le même lit puisqu’ils font ménage à trois. Travelling, ils lisent chacun un bouquin des éditions de l’olivier (grosse pub au passage) et là, que vois-je ?? Ludivine Sagnier lisant « Politique » D’adam Thirlwell !!! un roman britannique qui dort quelque part dans ma bibliothèque.

ce qu’il faut savoir c’est que « Politique » raconte l’histoire de Moshe, un jeune acteur juif, qui vit avec Nana, une blonde étudiante en histoire de l’art. Tous les deux vont faire ménage à trois avec une amie commune Anjali, plus portée sur les filles mais qui aime bien Moshe aussi (vous me suivez toujours ??). Jusque là, le parallèle me semble assez troublant, au moins dans la première partie du film, d’autant plus quand on aperçoit Ismaël dans le film près d’une synagogue et Ludivine Sagnier en blonde ingénue ayant un père en extase devant sa fille (comme dans le livre ma parole !).

Donc la question que je pose : « les chansons d’amour » est-il inspiré du roman « Politique » et si oui, pourquoi personne n’y fait allusion ?

Boris Bergmann, file dans ta chambre 24 octobre, 2007

Posté par fdesbordes dans : Livres , 7 commentaires

430770m15215.jpg borisnbrc.jpg

Amis bloggueurs du jour bonjour,

Comment ça ??!! Vous ne connaissez pas Boris Bergmann, « le plus jeune auteur de la rentrée littéraire » dixit l’éditeur ? C’est peut-être que vous revenez d’un long voyage de la planète Mars ou que vous êtes rescapé de la série Lost…

Boris Bergmann est le petit loulou qui se revendique comme la réincarnation de l’esprit rock (heu… le rock feutré à la française alors…). Vous le voyez souvent traîner ses guêtres sur les plateaux télés, en une de Technikart avec sa couv’ « fuck les trentenaires! » pour faire la promo de son bouquin « viens là que je te tue ma belle » (en lice pour le prix de Flore ??!!).

Ca y est, vous le remettez ?

Alors que se cache t-il derrière cette nouvelle icône de la culture bien pensante ?

Un goût amer de tendance marketée.

La cible : bobos, urbains, trentenaires, quinquas raplaplas, citadins bon teints et tous les amoureux de Barbey d’Aurevilly, Yves Adrien etc etc…

Car le petit Boris, on l’avait déjà repéré à plusieurs reprises dans des documentaires sur le phénomène des bébés rockeurs ( allez lire l’article du times, c’est à mourir de rire), qui soit dit en passant semble moribond. A cette époque, l’indécrottable Philippe Maneuvre s’extasiait devant ces clones boutonneux et proprets des Sex pistols, se jeter sur un public dont la moyenne d’âge ne dépassait pas 16 ans. Ils s’appropriaient le style punk (en plus aseptisé) en propulsant au passage quelques marques (Cheap monday, april 77) qui firent du jean slim, la référence de l’année 2006/2007.

Boris Bergmann se fait un nom, sur les cadavres encore fumants des groupes Naast, Plasticines et autres noms en « sssss ». Il pose presque en tweed, foulard au cou (y’a plus qu’à se teindre les cheveux et il resemblera à Andy Warhorl) et hurle partout que le rock a changé sa vie. Sauf, que je ne vois pas de contestation profonde, de réflexion sociale, juste une série d’anecdotes sur sa vie parisienne, ses délires, ses soirées et pffff… est-ce que laFrance, hormis le Paris parisianniste, va s’y intérésser ?

En tout cas, je lui tire mon chapeau, ce petit a tout compris, en bon rejeton de la société de consommation.

Juste pour vous dire… 1 septembre, 2007

Posté par fdesbordes dans : LifeStyle,Livres,musique , ajouter un commentaire

Un petit post juste pour vous dire que je pense à vous mais que cette semaine fut très chargée entre le boulot et la sortie du roman… Alors à tous ceux qui doivent se désespérer que je ne réponde pas à leur mail je dis : pas de panique ! j’y répondrai promis (craché mais en dehors de mon appartement :) ).

J’en profite pour vous faire part de ma playlist du moment en livres et en musiques !

Musique :

controller.jpgController.controller = Pour les puristes du rock comme moi, vous deviez adorer. Ca fleure bon Editors et Interpol.

ushuaia.jpgAxelle Renoir « Ushuaia » = Musique électronique avec des accents de Björk. Entre Emilie Simon et de la drum and bass. Mélancoliques s’abstenir !

justice.jpgJustice = Et oui ! J’ai téléchargé dont le buzz (la rumeur in french) est énorme. Et franchement, à part deux ou trois morceaux, et bien je n’achèterai pas l’album. Maintenant à vous de voir !

 

Livres :

troisjours.jpgTrois jours chez ma mère – François Weyergans = Bon, honnêtement je peine à finir ce prix goncourt 2005… Un peu longuette cette histoire d’auteur déprimé qui n’arrive pas à écrire son roman « trois jours chez ma mère ». La mise en abyme est intéréssante, on se demande où commence la fiction et où s’arrête la réalité…

victoriahall.jpgVictoria Hall – Metin Arditi = Une histoire d’amour magnifique sur le thème de l’opéra, avec en toile de fond la correspondance de l’écrivain Kafka. A lire d’urgence !

culdesac.jpgCul de Sac – Douglas Kennedy = Quand j’ai acheté ce livre à ma môman, je me suis trompé d’écrivain. Je voulais lui prendre Douglas Coupland, un excellent auteur canadien. Il parait que ce livre, polar australien, vaut le détour. Je vous en dirai plus cette semaine…

Sur ce, bonnne soirée les amis bloggueurs, j’ai encore du boulot !

american tabloid – james Ellroy 27 mars, 2007

Posté par fdesbordes dans : Livres , ajouter un commentaire

americandeathtrip.jpgamericantabloid.jpg

je viens enfin de finir le pavé titanesque de James Ellroy « American Tabloid ». 744 pages qui racontent l’ascension de JFK au pouvoir jusqu’à son assassinat, en novembre 1963. On y découvre sous un jour nouveau des figures historiques comme J.E Hoover, le patron du FBI, le milliardaire psychotique Hugues, Jimmy Hoffa patron des camionneurs et mafioso et bien entendu le clan Kennedy.

Mélangez la prise de pouvoir de Fidel Castro, la débâcle de la baie des cochons, le père pas très clean Joe Kennedy, la CIA, la Mafia, le FBI et vous obtiendrez une thèse très convaincante sur l’assassinat de Kennedy. Thèse essentiellement basée sur celle de Jim Garrison après l’enquête dîte « bâclée » de la commission warren sur l’assassinat de JFK.

American Tabloïd est un livre magistral sur ces floues de l’histoire américaine, où la collusion régnait en maître. Non seulement c’est un roman policier épique mais en plus il permet de nous éclairer sur une amérique peu connue.

en complément, l’interview de james Ellroy sur American Tabloïd : http://www.fluctuat.net/livres/interview/ellroy.htm

une ecellente présentation de l’assassinat de Kennedy et la thèse d’u complot : http://membres.lycos.fr/dossierssecrets/secrets/lecontratkennedy/kennedy.htm

La suite d’American tabloïd, sur l’assassinat de Robet kennedy, American death Trip

Il faut qu’on parle de kevin 15 janvier, 2007

Posté par fdesbordes dans : Livres , ajouter un commentaire

arton276.jpg

« Il faut qu’on parle de Kevin » est un livre poignant sur la genèse d’un assassin vu par la mère.

Kevin Katchadourian, 16 ans, a tué plusieurs camarades de collèges et un professeur. Sa mère, Eva, tente désespérément de comprendre l’origine de cette tuerie dans une auto-analyse.

D’un fait divers sanglant (la tuerie de Columbine), Lionel Shriver, auteure reconnue et brillante, en fait une analyse cinglante sur les rapports mère/fils.

Un livre d’une force incroyable !

Extrait:

 » jamais, jamais je ne t’ai tenu pour acquis. Nous nous étions rencontré trop tard dans ma vie; j’avais presque trente trois ans à l’époque et mon passé était trop clair et tenace pour que je trouve banal le miracle d’être deux. Moi qui survivais depuis si longtemps des miettes de ma propre table sentimentale (…) »

liens sur LIONEL SHRIVER:

http://www.belfond.fr/fiche_auteur.php5?auteur_id=18899

http://www.atoutlivre.com/article.php3?id_article=276

HEROINES 19 décembre, 2006

Posté par fdesbordes dans : humeurs et deshumeurs existencielles,Livres , ajouter un commentaire

2087img2.jpg extrait de HEROINE de Ann Scott – flammarion 2005

« Voilà.C’est comme les anges qui se cassent la gueule. Qui perdent leur grâce et finissent dans le caniveau.Des coquilles vides. Imprégnés de l’odeur de ces endroits où on perd son innocence et qui reste collée à la peau. salis à tout jamais.

Ca te détruit d’en prendre conscience, mais disons que tu t’efforce de t’en foutre. tu attends huit heure du soir et puis c’est tout. » 

liens sur HEROINE:

http://www.foutraque.com/chronique_livre.php?id=2087

http://forums.lefigaro.fr/user/non-frames/message.asp?forumid=33&messageid=702649&threadid=697071&parentid=5

Kikoo |
LES NOUVELLES DU FRONT PAR ... |
TEL QUE JE SUIS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mon journal intime
| Ces gens sans importance
| parle avec elle