navigation

Comme un goût de coriandre… 29 avril, 2008

Posté par fdesbordes dans : Chronique de ma vie bordelaise , 3 commentaires

coriandre.jpg

Saviez-vous que le mélange vin rouge/coriandre est un puissant aphrodisiaque qui vous pousse à dire n’importe quoi, toujours autour du même sujet, le sexe ? Pas moi. Jusqu’à ce que j’expérimente. Et là, voyez-vous c’est comme si j’avais pris un truc bizarre qui me plongerait dans un trip sea-sex-and-sun pendant 72h.

Vous ressortez de votre trip vin rouge/coriandre complètement allumé, surexcité et en mode aquaplanage avec la réalité.

Au début vous vous dîtes que vous avez juste un peu chaud, à cause du soleil. Les heures passent et le soleil se couche, mais bizarrement vous avez de plus en plus chaud. Comme vous avez sauté le chapitre du « coup de chauffe aphrodisiaque » dans le manuel du parfait savoir vivre, vous tentez de prendre la même teinte que le canapé, histoire de mieux vous fondre dans le décor. Mais pas de bol, le coup de chauffe dur, dur, dur, pire que le goût d’un hollywood chewing-gum. Très long en bouche… Vous êtes « over the limit », votre Mojo crève le toit et vous priez très fort intérieurement pour que rien ne se remarque à l’extérieur. Mais plus vous essayez de ne rien dire et plus vous racontez n’importe quoi, un peu comme si votre cerveau s’était transformé en énorme zone érogène.

Vous commencez à voir des filles nues qui se balladent devant vos yeux, vous entendez le mot « bai** » toute les 10 secondes, vous fermez les yeux mais immédiatement vous êtes assailli d’images érotiques, vous tentez tant bien que mal de dormir mais non, rien à faire, Birgit n’est même pas là pour vous calmer…

Bref, chers lecteurs, si vous mettez de la coriandre dans un plat, allez-y mollo où vous risquez fort de mettre au supplice vos convives.

La spéciale dédicace à la fille « très en vue » 12 avril, 2008

Posté par fdesbordes dans : Chronique de ma vie bordelaise , 4 commentaires

La fille très en vue s’est certainement demandée si je ne l’avais pas oublié. Mais non pensez-vous, ma boite mail me rappelle régulièrement où et quand ses soirées auront lieu, alors impossible de négliger ce petit bout de dame à l’oeil pétillant et dopée au guronsan.

Il faut dire que la fille très en vue s’est mise en quatre pour moi et pourtant Dieu sait que je ne suis pas facile à aborder. La fille très en vue a su habilement laisser de côté ragots et autres rumeurs très distrayants à mon sujet et rien que pour cette belle preuve d’objectivité, je lui donne un A+.

Il en faut des coronès, pour faire ce que bâtit cette demoiselle. Se lancer dans l’organisation de soirées tout azimut à Bordeaux avec un programme aussi chargé, là, je lui tire mon chapeau. Secouer tout ce petit monde, l’ouvrir à d’autres horizons et le captiver ce n’est pas donner au premier tonkinois venu.

Et puis, au fil des mois, j’ai appris à découvrir d’autres facettes d’elle. Comme pousser la chansonnette par exemple. Là encore, il en faut des coronès.

Oui, la fille très en vue fait ce qui lui plait et cela lui va bien.

Mes journées extra-ordinaires n’ont rien d’exceptionnel 9 avril, 2008

Posté par fdesbordes dans : Chronique de ma vie bordelaise , 3 commentaires

bulle.jpg

7h36 le réveil sonne. Connexion des neurones très difficile. Dormie 3 heures dans la nuit suite à une excellente soirée chez AE et T. Me procurer absolument le jeu « jingle speed » pour pouvoir y rejouer. Boire un café, promener le chien et filer en catastrophe à la gare boire un nouveau café avec Nanou en partance pour le sud. Récupérer au passage un nouveau canard de bain pour ma collec’ et un tee-shirt « le dindon c’est trop bon » (y’a t’il un message subliminal ?). Merci Jo pour tous ces cadeaux. Papoter gaiement en attendant le train, cachée derrière mes lunettes de soleil. 11H. Déguster mon troisième petit déjeuner et boire un café chez AE et T avec Mademoiselle ( une certaine récurrence dans ce post). 13H. promener le chien. Prendre un litre de café et s’atteler au seuil de rentabilité. Calculer, quantifier, mesurer, tester, enfin… travailler, en prenant soin de toujours garder un ouvert et un émisphère cérébral en activité. Me liquéfier dans le fauteuil au fur et à mesure que les heures passent. Restée scotchée à la caféine comme une moule amarrée à son ponton.19h30. Cerveau à l’arrêt. Mise en veille. Je crois que je vais aller jeter un coup d’oeil du côté de chez Morphée…

1...34567

Kikoo |
LES NOUVELLES DU FRONT PAR ... |
TEL QUE JE SUIS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mon journal intime
| Ces gens sans importance
| parle avec elle