navigation

Nouvel AN 5 janvier, 2007

Posté par fdesbordes dans : humeurs et deshumeurs existencielles , ajouter un commentaire

soleilcouchant.jpg 

La nouvelle année semble irréelle, comme si quelque chose d’indéfini flottait et envahissait mon espace vital.

Un indéfini, pas vraiment fini, sans fin. Un filament qui me retient à l’année 2006. Et je serais comme un papillon qui n’est pas encore tout à fait sorti du cocon, les ailes fines plissées le long du tronc, le regard embué et portant plein d’espoirs.

Oui, sans aucun doute, cette année 2007 va réserver son lot de surprises.Autant ma vie professionnelle est pleine de promesses, autant ma vie personnelle est à la fois riche et vide, comme un manque impossible à combler. Et le temps deviendra une année…

Bonne nouvelle de fin d’annee : le chomage baisse… 29 décembre, 2006

Posté par fdesbordes dans : humeurs et deshumeurs existencielles , ajouter un commentaire

quelle bonne nouvelle j’ai eu ce matin : le taux de chômage a encore baissé !

génial! sauf que j’aimerais bien que l’on m’explique le calcul…

par exemple: dès que j’ai trouvé un CDD de deux mois, on m’a radié de la liste des demandeurs d’emploi… Alors, dans ces conditions, le taux de chômage peut baisser…

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-850261,0.html

JOEUX NOEL !! 28 décembre, 2006

Posté par fdesbordes dans : humeurs et deshumeurs existencielles , ajouter un commentaire

noel01.jpg Et voilà, après un petit détour chez mes parents pour manger un succulent canard au marron, me revoici derrière mon écran de hotlineuse folle…

Alors joyeux noël à tous les internautes qui lisent ce blog, et tous ceux qui le decouvriront peut-être un jour.

A bientôt… pour l’instant je reflechis à mes bonnes resolutions pour 2007…

HEROINES 19 décembre, 2006

Posté par fdesbordes dans : humeurs et deshumeurs existencielles,Livres , ajouter un commentaire

2087img2.jpg extrait de HEROINE de Ann Scott – flammarion 2005

« Voilà.C’est comme les anges qui se cassent la gueule. Qui perdent leur grâce et finissent dans le caniveau.Des coquilles vides. Imprégnés de l’odeur de ces endroits où on perd son innocence et qui reste collée à la peau. salis à tout jamais.

Ca te détruit d’en prendre conscience, mais disons que tu t’efforce de t’en foutre. tu attends huit heure du soir et puis c’est tout. » 

liens sur HEROINE:

http://www.foutraque.com/chronique_livre.php?id=2087

http://forums.lefigaro.fr/user/non-frames/message.asp?forumid=33&messageid=702649&threadid=697071&parentid=5

pollution amoureuse 16 décembre, 2006

Posté par fdesbordes dans : humeurs et deshumeurs existencielles , 1 commentaire

pluie.jpg Depuis une bonne semaine, je suis polluée par ce sentiment amoureux détestable, vous savez, celui qui colle à la peau après une rupture. 

Sûrement l’approche des fêtes qui renforce ce drôle de sentiment. 

On marche dans les rues illuminées, dans le froid, un bonnet noir sur la tête ; il fait nuit ; les gens marchent pressés de faire leur courses pour réunir leurs proches, et moi je marche, seule dans ces rues. La lumière n’est plus pour moi, c’est comme si elle n’existait pas. 

 En plus je viens de finir mon prochain bouquin, qui parle de rupture justement et je me sens comme orpheline, vidée de l’intérieur. Il faudrait vite que je me jette dans une nouvelle histoire mais j’ai tellement de mal à rompre avec la précédente. 

Une histoire où j’écrirais l’espoir des amoureux, des rencontres surprenantes, édifiantes, exaltantes.  Mais il y a encore tellement de travail sur ce livre à peine fini et déjà remisé au placard, même si j’ai fini de l’écrire il doit passer à la correction, être jugé, décortiqué avant de sortir. Une histoire qui ne m’appartient plus, enfermée dans les pages de mon cahier noir. 

Comment écrire l’espoir quand on en a pas soi même ? Question d’imagination sûrement. 

Il faut vous dire que mes histoires sont toujours empreintes de celles que j’ai vraiment vécues, comme pour se bâtir des souvenirs et peut-être faire, un jour, son deuil amoureux… 

Voilà une année qui se termine, une page qui se referme sur Mademoiselle, mes demoiselles.

nom d’un petit bonhomme (en mousse) 5 décembre, 2006

Posté par fdesbordes dans : humeurs et deshumeurs existencielles , ajouter un commentaire

Amis bloggeurs et blogonautes, quelle joie de vous retrouver après ces quelques jours de silence ! En fait de silence, je n’ai pas pu aller sur le net, puisque je vous fais part de mes sentiments depuis le bureau et qu’en ce moment nous sommes, comme qui dirait, un tantinet surveillés. 

Mais rassurez, j’ai pris une décision majeure : je vais enfin retrouver une connexion internet chez moi ! Et je pourrai enfin vous poster des billets plus régulièrement. 

Trève de plaisanterie, après cette parenthèse absolument webuleuse, vous souhaitez peut-être savoir où en est ma rupture ? Et bien après avoir songé : 

-         devenir anorexique -         aller camper sur Mars 

-         me transformer en nano-particules 

J’ai pensé « he attend ! c’est la magie de noël nom d’un petit bonhomme (en mousse, merci Patrick …) » En fait, et surtout face à la pression des courses de noël, je suis bien obligée de reconnaître que ma rupture est passée au second plan… 

Et c’est le week end !! ye ye … 1 décembre, 2006

Posté par fdesbordes dans : humeurs et deshumeurs existencielles , ajouter un commentaire

novembre.jpg Vous savez ce que font les futurs et ex trentenaires quand elles sont seules et déprimées, le week end ?

Et bien rien justement ! Premier étape : rentrer du boulot le vendredi soir et eviter de se dire que l’on va passer 48h en tête avec son chien (ou son chat, son poisson rouge, son lit froid…).

Donc, généralement, la fille célibataire, qui vient de rompre (juste avant noel pour couronner le tout !), débute sa phase semi-déprime, en se consolant devant SEX AND THE CITY sur M6. Regardez ces filles, elles sont comme nous: seules et perdues dans une grande ville. Elles se posent plein de questions, elles se demandent si elles vont finir leur vie en robe de bure dans un couvent, si elles puent sous les bras, si elles ont un mauvais karma…

Et voilà, le vendredi soir se termine au lit, une bonne bouteille à moitié vidée, en train d’invectiver Carrie qui vient de retomber dans les de son ex. je rêverai d’être à sa place… Mais j’ai tout le Week end devant moi, pour éloigner cette mauvaise pensée et recentrer mon Karma !

 

 

le 27/11/2006 30 novembre, 2006

Posté par fdesbordes dans : humeurs et deshumeurs existencielles,Non classé , ajouter un commentaire

 

Ca y est de nouveau célibataire. A mon avis c’est mon destin.  Faut vraiment que j’arrête de me maquer avec la première venue, je suis née pour être célibataire. 

Bon, OK, j’ai encore les yeux rouges. J’ai pleuré comme une madeleine en me disant que, décidément personne ne m’aime, les filles sont toutes des grognasses, que je suis pas un mec mais que je comprend pourquoi les mecs ont aussi peur des filles. 

OK mademoiselle m’a quittée, OK j’ai pleuré. Et maintenant je fais quoi ? J’vais m’tirer une balle alors que ça ne faisait que deux mois ? Comme elle disait « avant six mois, c’est pas sérieux ». 

Et maintenant je fais quoi ? Toute seule, allongée sur le lit désert qui sent encore son odeur, ce lit de merde où on a baisé. Ce lit triste, pleins de mouchoirs écrasés. J’vais pas me flinguer pour une fille quand même. Alors je pense à toutes les autres, les ex, les futurs ex. 

Je chope mon indélébile rouge sur mon comptoir et j’écris fiévreusement sur mon frigo qui me sert d’exutoire : 

«  A chaque rupture, je crois toujours que c’est la dernière. Mais en fait, c’est juste un avant goût de la prochaine ».   

 

histoire de bien finir de me mettre en l’air, j’en quille les verres de bordeaux en fumant des bédots à trois de l’aprem. Faut qu’j’promène mon chien. Putain de destin. Ma vie avec mon chien. Faudra t-il que ce soit toujours la même rengaine, que ce soit la même histoire qu’on sort du placard pour pouvoir rompre délicatement ? 

« désolé j’ai besoin d temps pour moi, je dois être seule pour me retrouver. 

_ Ok chérie. T’inquiète, elle me l’ont toutes sorti. 

_ Je tiens à toi tu sais. J’aimerais beaucoup qu’on continue à se voir. 

_ Bien sûr chérie. Mais bien sûr, bêtement j’vais encore y croire. » 

 

Voilà, mademoiselle, vous n’êtes plus qu’un malheureux trophée dans ma grande galerie de portrait d’ex. J’ai rien demandé et surtout pas qu’on rompe mais bon, visiblement c’est pas ce que tu ressentais. En fait, je sais même pas ce que tu ressentais vu que tu m’as jamais parlé. 

Voilà, on s’est quitté. Et maintenant je suis complètement bourrée. 

1...1718192021

Kikoo |
LES NOUVELLES DU FRONT PAR ... |
TEL QUE JE SUIS |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mon journal intime
| Ces gens sans importance
| parle avec elle